Une avancée décisive dans le dépistage du cancer du sein

Si elle est toujours dans une phase expérimentale, l'utilisation de cette pilule luminique pourrait permettre une localisation plus précise des cellules cancérigènes et améliorer ainsi les traitements.

Le dépistage du cancer du sein, jusqu’à aujourd’hui, est basé sur l’auto-exploration et les mammographies.

Malheureusement, les techniques de diagnostic basées sur des radiographies peuvent parfois donner des résultats faussement positifs.


Pour cette raison, les scientifiques se sont fixés deux objectifs concrets : réaliser des dépistages sûrs et fiables, et le faire au tout début de la survenance de la maladie.

Grâce à une étude menée à bien par l’Université du Michigan aux États-Unis, une pilule capable de détecter les cellules cancérigènes dans les seins a été mise au point, avec un indice de fiabilité de 100%.

C’est une technique simple et efficace, que nous allons vous expliquer dans la suite de cet article.

Vers un dépistage du cancer du sein plus fiable et plus rapide



L’un des principaux problèmes relatifs au dépistage du cancer du sein touche aux résultats faussement positifs, qui peuvent parfois entraîner des interventions très agressives alors qu’en réalité, il n’y a pas forcément besoin d’avoir recours à une mastectomie radicale.

Grâce à la nouvelle technologie que nous vous présentons, il va désormais être possible d’avoir un diagnostic plus performant.

Cependant, il nous faut préciser que la pilule luminique est toujours en phase d’essais, et qu’elle n’a toujours pas été testée sur des êtres humains.

Cependant, comme nous l’indique le responsable de l’étude, Greg Thurber, le nouvel agent utilisé dans la pilule est en train d’être testé dans d’autres disciplines cliniques en Europe, avec beaucoup de succès. Voilà donc une belle promesse.



La pilule qui révèle les cellules cancérigènes



Cette pilule fonctionne d’une manière très simple : la patiente ingère un comprimé par voie orale, qui va progressivement libérer un agent fluorescent capable d’identifier uniquement les cellules cancérigènes en se collant à elles.

Il ne reste plus qu’à révéler le tout par l’intermédiaire de rayons X, et le tour est joué.

• La raison pour laquelle les scientifiques se sont vus obligés de développer cette nouvelle technique est que les mammographies ne sont pas toujours très précises, notamment chez les femmes avec des poitrines très denses.
• De plus, les techniques ordinaires de diagnostic ne permettent pas aux spécialistes de savoir si les cellules ou la tumeur sont cancérigènes ou bénignes, ce qui aboutit souvent à des résultats faussement positifs.
• Cette technique apparaît donc comme une belle promesse. Elle a été présentée à la 251ème Réunion et Exposition Annuelle de la Société Américaine de Chimie, qui a eu lieu a San Diego aux États-Unis.

Dans un simple test effectué sur des rattes, il a été prouvé que les agents contenus dans la pilule étaient capables d’identifier les cellules tumorales et les vaisseaux sanguins de la tumeur.

• Si la tumeur est bénigne, la fluorescence n’apparaît pas, ce qui permet aux médecins d’obtenir un diagnostic très rapide, sans passer par une biopsie qui créée souvent une période d’attente durant laquelle les patientes expérimentent de l’angoisse, de la peur et de l’incertitude.

Vers une méthode pour distinguer les tumeurs à développement rapide de celles à développement lent





A certaines occasions, les traitements sont retardés et les dates d’intervention sont repoussées, alors que le facteur temps est déterminant pour obtenir un diagnostic précoce et agir le plus rapidement possible.

C’est pour cela que la possibilité de disposer de toutes les informations sur la tumeur qui se développe chez la patiente va permettre, indubitablement, de sauver des vies.

• Actuellement, la pilule luminescente ne peut que discriminer les tumeurs cancérigènes des tumeurs bénignes, mais ne peut démontrer si ces cellules malignes sont à développement rapide ou lent.
• Pour autant, les créateurs de ce nouveau mode de dépistage travaillent sur un nouveau sujet : concevoir un autre agent capable d’identifier les tumeurs agressives et l’intégrer dans la pilule déjà créée.
• L’alliance de ces deux techniques permettrait aux patients de recevoir un diagnostic immédiat et un traitement adapté à leurs besoins.

De cette manière, les traitements trop agressifs sur des femmes qui n’en n’ont pas besoin ou, au contraire, les soins légers qui provoquent une détérioration de la santé chez les patientes touchées par une tumeur à développement rapide, pourraient être évités.

Des pas de géant et de nouveaux espoirs



De nos jours, le dépistage du cancer du sein dans les premières phases de sa survenance est quelque chose d’essentiel pour faire face à la maladie de manière efficace.

Ne dressons cependant pas un constat plus noir que ne l’est la réalité car, actuellement, le cancer du sein n’est plus synonyme de mort assurée.

Grâce aux différents traitements et aux avancées en termes de dépistage, il est possible de traiter cette pathologie et de sauver des millions de personnes chaque année.



Toutes ces survivantes sont d’authentiques héroïnes qui ont fait montre de courage et de force pour pouvoir venir à bout du cancer du sein.

Cependant, toutes les femmes doivent rester vigilantes face aux aspects suivants :

• Faites des auto-explorations de manière quotidienne.
• Effectuez les dépistages conseillés par votre médecin, ainsi que des mammographies régulières.
• Menez une vie saine, évitez d’être en surpoids, ne fumez pas et ne soyez pas trop sédentaire.
• Augmentez la fréquence de vos consultations et de vos méthodes de prévention si vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein.

Vous pourriez également être intéressé par ces